L’atelier mobile de portraits, dont le Soufflet à Pixels est la pièce centrale, est né d’une suite de découvertes, d’opportunités et d’expérimentations.
_IGP5612

Tout commence le dimanche 25 juillet 2010. À la faveur d’une irrépressible envie de ranger la cave, je découvre un coupon de toile Denim précieusement plié dans un sac plastique oublié là, sans doute par ma grand-mère. Tandis qu’un rassurant parfum de naphtaline accompagne son déploiement, j’imagine immédiatement la valeur photographique de ce morceau de tissu gris bleuté aux discrets liserés rouges. Me vient alors l’idée de laisser tremper cette toile dans une solution de colle à papier peint et d’enduit de finition, et de la froisser copieusement. Puis, je la laisse sécher à l’air libre, avant de placer une chaise devant ce décor sommaire et de saisir mon appareil photo. La toile est à peine sèche, la conversion en noir & blanc déjà prometteuse. Voilà pour la découverte de ce qui est encore l’indispensable fond neutre de mon atelier mobile de portraits.

_IGP5609_2

Deux années passent et voila que je suis sollicité pour créer une animation photographique pendant le vin d’honneur d’un mariage. Reflex numérique en main, je trouve enfin l’opportunité de mettre en œuvre ce décor singulier. Quel bonheur d’incarner le photographe itinérant en m’inscrivant dans la tradition des précurseurs de la fin du 19e siècle ! L’engouement est immédiat et les convives, autant que la famille des mariés, se pressent pour prendre la pose dans une joyeuse émulation. Quelques semaines plus tard, et pour maîtriser les conditions d’éclairage, je complète l’atelier mobile de portraits par une boîte à lumière de ma fabrication, aux dimensions généreuses. L’expérience sera réitérée – successivement et avec autant de succès – pour le compte d’un collectif d’agences immobilières, puis d’une association de quartier. Mais, à mon avis, le concept manque encore d’une pièce centrale qui puisse en être la signature. L’idée d’utiliser le soufflet d’un accordéon me traverse l’esprit.

PIXT1805

C’est en 2014, dans mon garage, que j’expérimente une greffe des plus audacieuses : j’installe mon tout nouvel appareil photo numérique dans l’ébénisterie rustique d’un accordéon diatonique hors d’usage, avant de l’appairer, en wifi, à ma tablette numérique glissée à l’autre extrémité du piano à bretelles. Ce prototype du Soufflet à Pixels, grossièrement bricolé, a trouvé sa place au sommet d’un vieux trépied à crémaillère, chiné dans une boutique photo. L’équipage ainsi complété valide définitivement le concept partout où il se présente. Tous adorent cet instrument de captation qui joue d’une ressemblance troublante avec les chambres photographiques d’antan en même temps qu’il affiche, à l’usage, un peu de sa modernité. Les occasions de sorties se multiplient.

P1020608

En effet, l’attrait majeur de l’atelier mobile, et surtout du Soufflet à Pixels, est d’être interactif. Les personnes photographiées peuvent découvrir le résultat des prises de vue presque instantanément sur le grand écran de la tablette numérique, en noir et blanc. Il est possible de choisir la meilleure vue, de garder l’expression la plus juste ou de reprendre immédiatement la pose sans se préoccuper de contingences techniques : les fichiers numériques “raw” des précieuses images sont conservés dans la carte mémoire de l’appareil photo. La famille ou les amis ne manquent pas de commenter en direct les résultats de la captation, de suggérer des mises en scène, d’organiser la file d’attente et le casting. D’autres trouvent plaisant d’observer le travail de l’opérateur par-dessus son épaule. Composée avec simplicité, la mise en lumière de l’atelier mobile de portraits suggère souvent d’agréables appréciations, même si les “modèles” doivent se plier aux exigences ancestrales de la pose.

P1090009

Le Limousin est la région de France qui compte le plus d’entreprises du patrimoine vivant. Parmi elles, la manufacture d’accordéons Maugein fabrique depuis 1919, à Tulle, des accordéons diatoniques et chromatiques. Elle est réputée, notamment, pour sa capacité à réaliser des “pièces uniques”, tant pour leurs décors que pour leurs structures musicales. Il m’a donc semblé assez naturel de présenter – certes, un peu fébrilement – mon prototype au directeur général de l’entreprise, le 2 décembre dernier. Que pensez-vous qu’il arriva ?

P1090006

Oui, le nouveau Soufflet à Pixels à bel et bien été construit dans les ateliers de la Manufacture d’Accordéon Maugein. Pour aboutir à l’instrument de captation photographique idéal, ils ont procédé dans les règles de l’art, par adaptation de l’ébénisterie d’un accordéon diatonique, modèle Luthinier 2, mais en châtaignier, alors que la Manufacture retient plus volontiers le noyer ou le pommier pour ses propres modèles.

P1150972

Le Soufflets à Pixels, pièce maîtresse de l’atelier mobile de portraits, est un instrument photographique qui, je crois, change un peu la nature de la relation entre le photographe, les modèles et l’environnement immédiat. Il est une mise en scène à lui seul, c’est un bel objet construit dans les règles de l’art, il est singulier, valorisant et souvent festif. Il contribue au partage d’images de qualité, en donnant à tous l’occasion de “se trouver pas si mal” en photo.

parvisTulle
30 sept. 2015 17:02 Parvis de la Cathédrale de Tulle, Festival des Nuits de Nacre, Photo : Michel Rebinguet

P1150697LeSouffletaPixels